fbpx

La médecine occidentale et chinoise s’oppose-t-elle vraiment dans leurs approches de la maladie?

La médecine allopathique et la médecine chinoise se sont opposées pendant longtemps dans leurs fondements et leurs approches de la maladie. Pourquoi sont-elles éloignés? Est-ce que certaines passerelles existent? Quel est l’intérêt pour les patients de choisir telles ou telles méthodes? Je vous propose brièvement de revenir sur l’histoire, les fondements, les approches de la médecine occidentale et chinoise, puis de parler des passerelles qui existent entre elles et enfin d’aborder ce qu’est la médecine intégrative.

medecine_occidentale

La médecine occidentale

Un peu d’histoire…

On commence en grande pompe avec Hippocrate!

Et oui il était médecin et philosophe grec du siècle de Périclès. Il est considéré comme LE « père de la médecine ». Rien que ça!

Il a permis « l’autonomie de la médecine et l’a distingué des autres domaines comme la théurgie et la philosophie »

Ainsi, la médecine est devenue une profession à part entière.

Hippocrate est LE fondateur des règles éthiques pour les médecins à travers le « Serment d’Hippocrate » et d’autres
textes du Corpus Hippocratique.

L’influence des périodes de l’Histoire de la médecine sur nos vies

Bon, que les choses soient clairs, mon objectif n’est pas de faire une « thèse » sur l’influence des périodes de l’histoire des médecines en Occident. Wikipédia s’en charge très bien.

Ce qui m’intéresse de dire, c’est que  les différentes périodes de l’histoire ont eu, de fait, une influence sur la pratique de la médecine.

En particulier les guerres et les épidémies.

L’épisode Covid (qui n’est, au moment où j’écris cet article, pas terminé) a une influence sur nos vies, nos relations, notre profession, nos déplacements… Bref, vous expérimentez tout autant que moi les conséquences de cette crise sanitaire.

Mais revenons à l’ère de l’industrialisation. Car la médecine occidentale tel qu’on la connait dans notre société a été et est encore influencé par cette période.

Le 19ème siècle, c’est la création de médicaments chimiques. Et pour l’époque c’est une période dite de « révolution » pour les sociétés.

Les bases de la médecine allopathique

Le Larousse définit la médecine comme « un ensemble de connaissances scientifiques et des moyens de tout ordre mis en œuvre pour la prévention, la guérison ou le soulagement des maladies, blessures ou infirmités. »

La médecine est structurée en spécialité.

L’histoire de la médecine nous permet de comprendre qu’il y a eu de nombreuses approches concernant les patients.

« Dès le 19ème siècle, avec Bichat, la médecine scientifique et technique prend naissance avec le développement de l’anatomo-pathologie, elle va focaliser la clinique sur l’organe, identifié à la fois comme siège et cause de la maladie » souligne Michel Foucault dans Naissance de la clinique.

Puis au 20ème siècle, la science continue à travers ces recherches de se concentrer sur les lésions des organes.

Donatien Mallet et Valérie Duchêne, dans un article, expliquent que « les progrès biologiques et le développement des techniques de laboratoire vont contribuer à cette focalisation des causes infectieuses ou métaboliques de la maladie. C’est encore le cas lorsque, grâce aux progrès de la biologie moléculaire, des pathologies sont reliées directement à des anomalies génétiques ou protéiques. »

Mais pourquoi diviser les parties du corps en spécialité?

Les deux auteurs expliquent ensuite : « Un déplacement s’est donc produit qui, à l’encontre de la tradition hippocratique, privilégie la localisation aux dépens du tout».

Hippocrate souligne dans Lieux dans l’homme, I,1 « rien dans le corps n’est l’origine, mais tout est également origine et fin. En effet, un cercle étant tracé, l’origine ne peut être trouvée. De même façon, l’origine des maladies est dans tout le corps. »

En effet, l’approche des soignants doit être soucieuse de la globalité des personnes.

La spécialisation de la médecine a ses avantages et ses inconvénients.

Les avantages des spécialités en médecine sont d’acquérir des connaissances, des compétences précise sur un organe, la structure, le mouvement du corps, etc. L’inconvénient, c’est le manque d’interaction entre ces spécialités au détriment du patient.

Les nouvelles technologies et la médecine

Le défi des nouvelles technologies est au cœur de notre actualité.

En effet, « Le débat de la technologie remplaçant le médecin est toujours d’actualité. Internet et les objets connectés font partie de ce débat. Il y a d’un côté les médecins qui utilisent beaucoup les nouvelles technologies et de l’autre, ceux qui, comme Jean-Charles Grimaud, pensent que celles-ci ne peuvent pas détecter les choses que l’écoute et le toucher du patient permettent ». (Revue Médicale Suisse, p.3)

La médecine utilise l’examen clinique, les soins de santé, la recherche ainsi que des techniques biomédicales. Ces techniques, ces soins permettent de diagnostiquer, traiter les blessures, les maladies à travers une prescription de médicaments et/ou d’une chirurgie.

De plus, les nouvelles technologies ont une place de plus en plus incontournable dans la prise en charge des patients et la pratique des professionnels de santé.

Des médecines ancestrales mises au goût du jour

Certains auteurs comme Thierry De Lestrade dans Le jeûne, une nouvelle thérapie ? souligne également que « cette médecine (la médecine occidentale) est une bataille contre la maladie, où les médicaments représentent les armes, une méthode invasive…. C’est une médecine de l’urgence ».

La réflexion qui est soulevée dans ce livre est de questionner la pertinence d’une intervention «urgentiste» en particulier dans l’accompagnement des douleurs chroniques.

De fait, le médicament et la chirurgie peuvent-ils tout réparer ? Je crois sincèrement qu’avoir cette réflexion ne signifie absolument pas être contre les médicaments. Bien au contraire.

D’ailleurs, je crois, et je me permets aussi de l’affirmer avec mes casquettes de patiente experte et de praticienne en cohérence cardiaque et neuro-training, que chaque personne a sa solution. Il est nécessaire de respecter le droit des  personnes de refuser un traitement, un soin, un accompagnement quel qu’il soit.

La médecine traditionnelle chinoise

Un peu d’histoire…

On distingue deux médecines chinoises.

Une médecine «populaire », oralisée. Elle fait références à des croyances religieuses, chamaniques en fonction des endroits.

Et une médecine « savante » basée sur un corpus littéraire qui remonte au-delà de l’Antiquité.

Évidement, cette médecine a été influencé (et oui on  revient encore à la politique) par les différents empires, les personnalités de ces époques.

Contrairement aux grecs et Hippocrate, les chinois n’ont pas isolé le scientifique du philosophique.

« La médecine chinoise ne cherche pas à dégager des vérités immuables ou absolues et abstraites mais les « dosages » qui conviennent à des situations concrètes ». (wikipédia)

medecine-chinoise-maladie

Philosophie

Anne Sheng, sinologue et enseignante, nous explique que « la pensée chinoise ne procède pas tant de matière linéaire ou dialectique qu’en spirale. Elle cerne son propos, non pas une fois pour toutes par un ensemble de définitions, mais en décrivant autour de lui des cercles de plus en plus serrés. »

En fait, la médecine chinoise s’intègre dans une philosophie naturelle c’est à dire « l’étude objective de la nature et de l’univers physique qui régnait avant l’avènement de la science moderne (Galilée). Elle désigne l’ensemble des sciences astronomiques, physique, chimique et biologique ». (Wikipédia)

Les bases de cette médecine

 

La médecine chinoise se compose de plusieurs disciplines dont la pharmacopée, l’acupuncture, la diététique, la moxibustion et les exercices énergétiques (yoga, qi chong, tai chi, les arts martiaux, etc).
C’est une approche systémique de la santé.

La philosophie chinoise est basée sur trois piliers qui sont le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme. Nous n’évoquerons ici seulement que le taoïsme.

Le taoïsme

 

Le taoïsme est à la fois une philosophie et une religion.

Ce courant est une combinaison d’enseignements qui s’étend sur 2500 ans.
Il prend racine dans une culture et des textes anciens dont ceux de Tao Tö King et Lao Tseu.

Le « tao » ou le « dao » signifie:

Le « Qi »

Le « Qi », que l’on prononce « chi » est l’énergie qui compose tout l’univers.

C’est l’énergie qui vit en nous. Il se nourrit de nos pensées, nos émotions, nos aspirations, etc, et c’est une énergie qui nous entoure, influencée par l’alimentation, nos relations, notre environnement, etc.

Dans le corps, cette énergie prend racine dans les sept chakras et circule dans les quatorze méridiens.

qi_médecine_chinoise

Yin Yang

 

Le principe binaire du yin-yang est le plus connu en Occident.

Il est important de comprendre que la philosophie chinoise n’est ni manichéenne ni morcelée comme on peut le retrouver dans nos sociétés occidentales.

Le noir et le blanc ne représente pas une morale.

Au contraire, ce symbole, ces couleurs expriment la source de tout processus de vie. 

Le blanc (yang) ne peut exister sans le noir (yin). Le soleil, la clarté (yang) ne peuvent pas exister sans la lune, le sombre (yin).

C’est l’équilibre de deux forces fondamentales à la vie. Cet équilibre se crée par un mouvement, une interaction entre ces deux forces. L’un ne peut exister sans l’autre et réciproquement.

 

médecine_occidentale_chinoise-s'opposent?

Les passerelles entre la médecine occidentale et la médecine chinoise

« Dans toutes les cultures et dans toutes les traditions médicales précédant les nôtres,
la guérison était accomplie en déplaçant les énergies »

Albert Szent-Györgyi, biochimiste et prix Nobel.

Même si les fondements et les approches de ces médecines sont différentes, il  a des concepts, des lois qui sont immuables… seuls les mots changent.

eau

La substance

 

Pour mieux appréhender cette théorie, prenons comme exemple l’eau.

Elle ne peut être changée par la glace. C’est la même matière, le même corps en d’autre terme l’eau reste de l’eau.

Cela fonctionne avec de la matière mais également avec des concepts. Prenons l’exemple d’un discours. La substance d’un discours est ce qui essentiel à retenir.

En philosophie, « la substance est ce qui est permanent et s’oppose au changement. »

 

5 substances fondamentales dans la médecine, la santé

En médecine chinoise, il y a cinq substances fondamentales qui se retrouvent de fait dans la médecine
occidentale

Le « Qi »

C’est, comme nous venons de le voir, l’énergie vitale, « cette force de vie qui remplit l’univers,
s’écoulant à travers toute chose en les animant ».

Le « Xue »

Le sang « Il circule dans le corps où il tient un rôle majeur dans l’approvisionnement des
tissus corporels »

Les liquides organiques

Ce « sont la transpiration, la salive, les larmes, l’urine et les sécrétions divers ».

Le « shen »

Il « définit notre nature émotionnelle. Il est le guide du cœur. Il se manifeste en chaque humain de manière unique et individuelle.

C’est l’essence qui définit notre esprit intérieur, notre véritable nature. » En Occident, on parle de l’esprit.

Le « jing »

Il « constitue le support des mécanismes de procréation, une graine de laitue ne donnera pas un radis ni un chêne.»

Ce sont les informations que nous appelons génétiques, notre « programme ». Il y a les deux types de « Jing » :

  • « Jing inné » celui qui est transmis lors de la procréation par les parents.
  • « Jing acquis », ce sont nos expériences de vie

L’harmonie entre ces cinq substances est considérée comme vitale pour la santé et la vie de l’homme en médecine chinoise. Par contre, en Occident, il  a eu un choix décisif qui a été de couper le corps de l’esprit.

La théorie des cinq éléments

 

La théorie des cinq éléments nous permet de regarder la réalité à travers
cinq filtres déterminés.

Ces filtres sont le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l’Eau.

cinq_elements_bois_feu_eau_terre_metal

Dans chacun de ces filtres, la théorie du yin-yang permet d’affiner l’étude des dynamismes présents
au sein de l’organisme et de mieux d’écrire l’influence de l’environnement sur notre équilibre interne.

Un viscère est ce qui désigne en anatomie un organe.

D’ailleurs, celui-ci se situe dans une cavité corporelle :

  • la boîte crânienne
  • la cage thoracique
  • la cavité abdominale.

Les viscères creux sont les organes yang et les organes pleins sont les organes yin.

« Un médecin occidental se penchera sur le stress et sur les aspects psychologiques des maladies psychosomatiques, alors que les conséquences pathologiques de ces maladies sur les organes internes sont très réelles et sont le souci principal du médecin chinois » José Chouraqui.

L’intérêt de ces deux approches pour le patient

 

Il ne s’agit pas, dans cet article de valoriser une médecine plutôt qu’une autre. Au contraire! Les deux sont à valoriser. Quand on se casse le bras, on est content d’aller en urgence à l’hôpital pour se faire soigner. La médecine allopathique a tout son intérêt quand il y a urgence.

Par contre sur les maladies, les douleurs chroniques, les approches thérapeutiques dite « alternatives » et en particulier la médecine chinoise, qui existe depuis des millénaires, sont pertinentes pour l’accompagnement des personnes.

Médecine intégrative ou patient autonome?

Pour conclure, je souhaite parler de la médecine intégrative existe qui depuis plus de 30 ans aux États-Unis.

Elle articule la médecine conventionnelle et les thérapies complémentaires (médecine chinoise, hypnose, méditation, naturopathies, l’EMDR (Eye Mouvement Desensitization and Reprocessing c’est à dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires), la PNL (Programmation Neuro Linguistique), etc, et peut-être un jour le Neuro-Training.

La prise en charge personnalisée et holistique repose sur une chose fondamentale qui est l’écoute du patient.

Un des intérêts de la médecine intégrative est la prise en compte de la personne dans son environnement et non plus seulement la focalisation du symptôme.

Laurence Verneuil, dermatologue et cancérologue, explique « qu’une cellule cancéreuse est dans un système. S’occuper du système est essentiel pour que la cellule puisse se régénérer. »

 

 

Ca devrait vous plaire aussi…

Qu’est-ce que le stress ?

Qu’est-ce que le stress ?

Qu'est-ce que le stress ? Selon vous, est-ce que le stress est un processus naturel du corps ou bien quelque chose à supprimer ? Pensez-vous qu'il existe un "bon" et un "mauvais" stress ? Mais, qu'est-ce que le stress? Certains le nomme comme " le mal du siècle "....

lire plus
C’est quoi le neuro-training?

C’est quoi le neuro-training?

Qu'est-ce que le neuro training?Comme son nom l’indique, le Neuro-Training est un entraînement du système neurologique. Le corps humain est constitué de plusieurs systèmes complexes comme le système nerveux, le système digestif, les muscles squelettiques, etc... Ce...

lire plus
Qu’est-ce que la douleur ?

Qu’est-ce que la douleur ?

Qu'est-ce que la douleur?   « La douleur qui reste muette est la plus douloureuse » Benjamin DellessertDéfinitions Pour commencer, il est intéressant de revenir sur le sens des mots et par conséquent de leur définition. Aujourd'hui, nous allons parler de la...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *